Rassembler à gauche

En cette période où la violence du gouvernement libéral veut détruire les conquis sociaux et les droits populaires, il devient urgent de trouver la ou les méthodes capables de rassembler la gauche du côté de la conquête sociale. Bon visionnage.

8 mars 2018, journée internationale des droits des femmes

Texte de Cédric Forcadel, militant pédagogique

L’avenir de l’homme, c’est la femme. Elle est la couleur de son âme — Elle est sa rumeur et son bruit — Et sans Elle, il n’est qu’un blasphème (Aragon).

Comme tous les ans à la même date, revoilà venue la journée internationale de la femme, un peu de lumière sur la situation d’une majorité opprimée, avant le retour à l’obscurité. Un peu de louanges ou de plaintes hypocrites avant un an de silence assourdissant.

Aujourd’hui 8 mars, comme un marronnier médiatique, revoilà le défilé des tristes sires et des tristes chiffres que depuis des années nous connaissons sur le sort injuste réservé aux femmes, à la maison, dans la rue ou au travail. Plus personne ne peut feindre d’ignorer le nombre de femmes victimes d’agressions sexuelles, de violences, d’oppressions… Plus personne ne peut faire semblant de ne pas connaitre les différences de salaire qu’il existe entre hommes et femmes, à poste égal !

Aujourd’hui 8 mars, comme un marronnier médiatique nous serons à nouveau plongés dans la consternation absolue d’une société prétendue moderne, mais empêtrée dans un machisme sordide et sclérosé par son héritage religieux. Il n’est qu’à voir comment de nombreux hommes ont réagi face au mouvement #balancetonporc. Disons-le clairement : ce ne sont pas aux hommes de porter un jugement sur ce type de mouvement. La parole des opprimés appartient avant tout aux opprimés. Que les femmes victimes de maltraitances, de violences physiques ou psychologiques, de pressions, d’abus sexuels, de discriminations en raison de leur condition de femmes, puissent enfin avoir un espace d’expression, c’est une avancée. Point barre. Et tant mieux si cela heurte, si cela choque, si cela dérange. Au moins, la parole se libère et il faut s’en féliciter !

Alors, aujourd’hui, 08 mars, comme un marronnier médiatique, les femmes auront droit à quelques jolis discours compatissants, et peut être même à quelques bouquets de fleurs gracieusement offerts par ceux-là mêmes qui participent de leur domination.

Ça suffit, ce ne sont pas des cadeaux ou des fleurs qu’il faut, ce sont des actes !

Revendiquer l’égalité hommes-femmes, c’est affirmer, tout au long de l’année, la nécessité d’un changement de société, pour une société plus juste, plus démocratique, plus éclairée, débarrassée des clichés machistes et des traditions de domination des uns sur les autres.

Pour un égal accès aux postes de responsabilité, pour un égal traitement salarial, pour le droit au respect et à la dignité, pour un vrai partage dans le couple et dans la famille, c’est toute l’année qu’il faut se battre, et dès le plus jeune âge.

Le féminisme est un humanisme, et sans mauvais jeu de mots, la femme est un Homme comme les autres. La lutte pour l’égalité réelle des droits des femmes ne peut exister seule. Elle s’inscrit dans une lutte plus large pour l’égalité réelle entre toutes et tous, quels que soient son sexe, son âge, sa nationalité, sa condition sociale, son handicap… C’est toute la logique d’une société de domination qu’il faut mettre à bas.

Ce n’est pas une journée des droits de la femme qu’il nous faut, c’est une année des devoirs de la société ! Car si les femmes ont des droits, la société a le devoir de leur donner les moyens pour les exercer !

L’argent qu’ils confisquent

L’évasion, la fraude fiscale est estimée entre 16 000 et 25 000 milliards d’euros tous pays confondus. Incroyable de démesure… En France ce sont 80 milliards d’euros qui disparaissent au profit des gangsters en col blanc et au détriment du budget de l’État.

Le libéralise à cela de constant : il cajole la finance et précarise toujours un peu plus les catégories populaires. C’est tout simplement inacceptable.

Au travers de cette vidéo, vous aurez l’occasion d’entendre quelques pistes qui permettraient de définitivement changer de braqué et de mettre au pas ces fraudeurs du fisc en bande organisée.

Nous sommes le nombre, unissons-nous pour ne plus subir !

Cheminots en colère

[Cheminots en colère] Le gouvernement et Macron veulent détruire le service public. Pour les cheminots, ces attaques contre la SNCF sont très graves et portent préjudice aux usagers, aux conditions de travail et à l’avenir du rail en France. Voici le témoignage très intéressant de Grégory Laloyer, secrétaire général CGT des cheminots de Normandie. Bonne écoute et soyons nombreux dans la rue de 22 mars prochain. #Résistance #ServicePublic #Cheminots #SNCF

Les marcheurs de bonne aventure

Voilà une chronique sur les Marcheurs de bonne aventure.

Marcheur pour évoquer les macroniens et bonne aventure pour leur capacité à prédire l’avenir selon leurs intérêts : ceux des ultras riches de ce pays.

Alors de quoi sont-ils capables ces filous ? Et bien de plein de choses… de tellement de choses qu’il me serait impossible de tout passer en revu mais je vous propose d’aborder leur communication… et là c’est gratiné…

Les marcheurs de bonne aventure réussissent à longueur d’antenne à faire croire que dans l’Macron tout est bon ! Qu’il faut lui faire confiance, boire ses paroles puisqu’il a été élu… que de toute manière c’est inscrit dans les sondages (sondages au passage qui sont la propriété des barons de la finance), qu’il il a le vent en poupe alors : pas de place sur BFMTV ou bien sur TF1 pour remettre en question le salut attendu du petit prince !

Seulement l’histoire était trop belle sur le papier glacé de l’Elysée… L’emballage a pris feu et a laissé apparaitre le contenant. Et le contenant c’est nous les classes populaires ! Alors oui, les français commencent à y voir clair dans le jeu opaque de la com du Président.

Faut dire qu’ils sont forts à la télé quand on voit les moyens qu’ils se donnent pour faire briller la bonne aventure du prince couronné. Pour sûr, Macron peut compter sur ses amis, ceux qui dictent leur Loi sur le fameux PAF, le paysage audiovisuel français.

Alors de qui s’agit-il : et bien de Bouygues, de Dassault, de Bernard Arnault, de Bolloré, de Patrick Drahi, de François Pinault, de Lagardère, etc.

Alors ça oui Macron peut leur faire confiance pour garantir la pérennité du système car le système, c’est eux ! D’un côté ils confortent la com de Macron, le bébé président qu’ils ont enfanté et de l’autre ils profitent des leurs règles pour se gaver toujours un peu plus de fric sous les airs galeux des génériques de tv réalité.

Dans ces circonstances, vous imaginez bien qu’ils gardent leur terrain de jeu financier sans vouloir partager avec qui que ce soit qui n’aurait pas montré pâte blanche du côté libéral.

Remettez en cause leur système, le capitalisme, et vous serez cloués au piloris de l’indécence et de l’archaïsme. Alors, la bien pensance (bien penser) vous fera les gros yeux, tentant dès le premier souffle de vous faire rendre gorge.

Mais leur histoire de galons dorés et de castes privilégiées risque bien de se transformer en poudre de perlimpinpin comme disait l’autre…

La colère gronde ici et là. Elle gronde chez les travailleurs qui s’en prennent régulièrement plein la gueule, on l’a encore vu récemment avec cette loi scélérate que Macron à baptisé Loi du travail, elle gronde du côté des étudiants qui se voient amputé d’aides pour pouvoir se loger et à qui on ferme les portes des universités, elle crie de désespoir dans les quartiers populaires, elle grogne par la voix des retraités qui vont voir leurs pensions s’amenuiser par l’augmentation de la CSG, elle gueule son désir de justice et de changement… Mais pour le moment en guise de réponse, c’est parole de marcheurs de bonne aventure, autant dire rien, nada, quetchi, silence radio.

Jusqu’à quand ? Voilà la question ! Jusqu’à quand allons-nous accepter la mainmise des ultra sur notre destin ? Et d’ailleurs cette question en amène une autre : Quand allons-nous nous rebeller ? Dire Non, stop, ça suffit vos conneries, on est plus d’accord…

Dernière en date sortie du chapeau du prince des marcheurs : le sur fliquage des chômeurs.

Pour soi-disant résorber la pauvreté, le gouvernement et son président décident de s’attaquer aux chômeurs et pas au chômage. C’est alors que revient la petite musique lancinante du contrôle en faisant croire, par voie de presse et télévisuelle, que les privés d’emplois sont tous des fraudeurs… La machine à com, la machine à com, la machine à com…

Mais si on regarde d’un peu plus près, on s’apercevra que sur 6,5 millions inscrits à pôle emploi, 14% sont pris en faute. Que sur ces 14%, seulement 60% sont indemnisés. En réalité on ne parle que de 8,4% des inscrits. Pas de quoi fouetter un chat, loin de là. Mais qu’à cela ne tienne, les nantis de la com proclament la bonne aventure capitaliste en oubliant au passage de parler de ces chiffres. Tout comme ils oublient de parler des véritables fraudeurs, ceux qui mettent à mal les services publics et la solidarité. Ceux qui fraudent le fisc à hauteur de 90 milliards d’euros. Ceux qui préfèrent cacher leur fric dans les paradis fiscaux plutôt que de s’acquitter de leurs impôts en France. Alors là miracle des marcheurs de bonne aventure : aucune information à ce sujet… Bouche cousue… On ne touche pas apparemment aux gangsters de la finance en France. Deux poids deux mesures dans une France qui croule pourtant sous les injustices de classes. Que voulez-vous, on ne va quand pas mettre en péril les bas de laines de nos amis nantis, ceux qui représentent 10% de la population mais qui détiennent pourtant 90% des richesses. Comprenne qui pourra

Alors pas d’inquiétudes à avoir du côté du Medef, des rentiers et des actionnaires, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, les marcheurs de bonne aventure veillent au grain.

Mais pour 2018, je formule le vœu d’un changement absolu. Que les citoyens, les étudiants, les travailleurs, les fonctionnaires, les retraités, la vie associative, les élus épris des valeurs de progrès, s’organisent efficacement pour porter le fer et organier la riposte en réponse aux mauvais coups incessants des marcheurs de bonne aventure.

Rien ne peut contrer l’évidence populaire.