🚨[Comité de pilotage contre la désertification médicale]

L’Eure, premier département de France métropolitaine victime de la désertification médicale.
Après avoir réclamé ce comité de pilotage en séance plénière (ça commence à faire long) alors que le ministre de la santé Véran était venu à Evreux faire son coup de com, voici notre courrier envoyé vendredi dernier au Président du Département, Sébastien Lecornu.

Monsieur le Président du Conseil département de l’Eure,

Comme vous le savez, la lutte contre la désertification médicale nous tient tout particulièrement à cœur. Voilà un engagement important que nous avons porté tout au long de la campagne électorale en 2021. Nous en avions aussi fait l’un des sujets principaux de notre première intervention au Conseil départemental.
Dans une logique d’opposition, certes critique, mais toujours constructive, notre groupe L’Avenir en Partage entend bien jouer son rôle pour relever un défi chaque jour plus urgent :
cesser d’être le département qui compte
le plus petit nombre de médecins par habitant.
Il faut dire que nous souffrons en ce domaine d’être placés entre deux métropoles – Paris et Rouen – qui attirent davantage. Pour autant, Euroises et Eurois n’ont pas envie de suivre le même chemin chaque fois qu’ils doivent aller se faire soigner.
S’il est le moins bien classé, notre département n’est pas le seul dans cette situation bien inconfortable. Beaucoup, même ici, ont cru avoir trouvé la solution en optant pour des maisons de santé. Nous savons aujourd’hui qu’elles attirent davantage de professions paramédicales que les médecins généralistes dont nous aurions pourtant tellement besoin.
Voilà pourquoi, à l’instar du département de Saône et Loire, nous souhaitons créer des centres de santé publique départementaux, avec des médecins recrutés sur la base salariale des praticiens hospitaliers. En leur offrant une unité centrale pour le travail de gestion, nous pouvons les décharger des tâches administratives et leur permettre d’exercer pleinement leur métier. Quand on sait combien la « paperasserie » pèse au quotidien, voici un élément qui rendrait soudain notre département bien plus attractif. Quant au financement, le règlement des consultations et les subventions de l’Agence Régionale de Santé permettent au Département qui les perçoit de rémunérer ses médecins, le secrétariat et la logistique.
Vous le voyez, rien de farfelu dans ce projet mais au contraire la certitude que notre collectivité peut être innovante en la matière et offrir des solutions modernes, adaptées aux singularités de notre territoire et aux besoins croissants de notre population.
Voilà pourquoi nous souhaitons que soit constitué au plus vite un comité de pilotage réunissant élus et professionnels de santé. Ce serait d’ailleurs l’occasion de solliciter la Faculté de Médecine de Rouen pour que soit enfin étudiée la faisabilité d’installer un jour une antenne dans notre département, là encore tristement dépourvu. Nous vous demandons dès lors de bien vouloir nous tenir informés de la suite qui peut être donnée à notre proposition pour que ce dossier crucial avance enfin au nom de l’égalité entre nos concitoyens.

Recevez Monsieur le Président du Département, nos respectueuses salutations.

Maryannick DESHAYES, Arnaud LEVITRE
Conseillers départementaux du canton de Pont de l’Arche